Quand on parvient à améliorer les pratiques agricoles, on peut être certain de l’augmentation de la production agricole. Il convient tout de même de respecter l’environnement et faire attention à ce que les méthodes choisies n’impactent pas la santé de l’homme. En principe, ces pratiques visent à atteindre les objectifs fixés tout en préservant l’équilibre des écosystèmes.

La lutte biologique

Avant, les agriculteurs misaient sur les pesticides et des techniques peu convaincantes. Suite à la constatation du danger que représentent les produits chimiques sur la santé, des études ont alors cherché à améliorer les pratiques agricoles. On peut maintenant utiliser la lutte biologique pour traiter les problèmes relatifs aux insectes nuisibles. Plus précisément, on utilise des moyens naturels pour lutter contre ces derniers, notamment, leurs ennemis naturels. Par exemple, pour éliminer les cochenilles, on envoie en masse des coccinelles pour les manger. Il n’y aura plus besoin de les asperger de pesticides.

L’agriculture raisonnée

Pour améliorer les pratiques agricoles, on peut compter sur l’agriculture raisonnée. Cette méthode nécessite des formations spécifiques mais cela n’empêche pas son efficacité. Il s’agit en effet de la limitation de l’usage de phytopharmaceutiques. Elle consiste alors à maîtriser différentes techniques culturales à savoir : le défrichement, la rotation des cultures, les précautions à prendre lors de l’application des produits phytosanitaires et la mise en place de traitement des nuisibles par de nouvelles techniques.

Le contrat d’agriculture durable

Un exploitant se doit de contribuer à la conservation des ressources naturelle. Il est aussi dans son devoir d’aménager et d’occuper de l’espace rural pour promouvoir un développement durable. Ainsi, la création du contrat d’Agriculture durable a été établie depuis plusieurs années pour soutenir ces promesses.

L’accord a été mis en place pour améliorer les pratiques agricoles et on l’a départagé en deux volets :

Le premier volet agro-environnemental sert à compenser tous les surcoûts engendrés par l’établissement de pratiques qui respectent l’environnement. Ce sera donc un excellent moyen d’optimiser la qualité des sols ;
Le second volet socio-économique est un accompagnement pour l’exploitant pour qu’il puisse diversifier ses activités ainsi que ses productions. Cela aura aussi comme but de perfectionner le système d’exploitation.
En bref, l’amélioration des pratiques agricoles est une solution à adopter par tous les agriculteurs qui souhaitent gagner en rendement. Et cela, tout en veillant à la protection de l’environnement. Parmi les méthodes énoncées ci-dessus, on peut encore ajouter à la liste l’agriculture biologique. Elle est actuellement de plus en plus adoptée.